7/18/2014

Sir Nicholas Winton, le Schindler Britannique

Sir Nicholas Winton


Sir Nicholas Winton un sauveur, et surnommé le "Schindler Britannique" et pour cause: entre 1938 et 1939, il a organisé une vaste opération pour sauver les vies de 669 enfants juifs tchéquoslovaques, en les faisant échapper des camps de la mort Nazis pour les cacher en Angleterre.

histoire 

Une fois la guerre finie, ce véritable héros est resté méconnu du grand public. Mais en 1988, la femme de Winton a retrouvé le carnet sur lequel, en 1939, il avait inscrit la liste complète des noms et des photographies des enfants. Après toutes ces années, il va revoir ces personnes qu'il a sauvé 50 ans auparavant. Bien sûr, il ne les reconnaît pas au début...


Buzz Marketing
le blog Marketing et tendance buzz

7/10/2014

Les touristes chinois : les plus convoites au monde

La Chine rencontre aujourd’hui une forte croissance économique. Les revenus annuels de la population chinoise n’ont cessé d’augmenter même si le monde faisait face à une crise ces dernières années.

La Chine devient un gros marche émetteur de touristes 

La Chine entre aujourd’hui dans la cour des grands, bientôt, ce pays se placera comme étant une superpuissance aux côtés des États-Unis. Cette croissance économique a un impact majeur sur le mode de vie des chinois. Aujourd’hui, ces derniers se permettent de vivre dans le grand luxe et dépensent des sommes colossales pour des accessoires de mode, des produits cosmétiques, etc. Les tendances actuelles de la consommation des chinois s’orientent vers le voyage. En effet, les consommateurs chinois allouent une importante somme d’argent pour leurs différentes escapades dans le monde.


 les touristes chinois battent tous les records dans les dépenses

Aujourd’hui, les touristes chinois battent tous les records dans les dépenses touristiques mondiaux. Si en moyenne les touristes les plus aisés des quatre coins du monde dépensent aux environs de 4000 dollars lorsqu’ils sont en déplacement, les chinois vont plus loin avec près de 7000 dollars de dépenses par personne. Les touristes chinoises sont devenues le centre d’attention des tours opérateurs et des pays de destination du monde. Intéressé par le portefeuille bien rempli des chinois, ces derniers usent de tous les moyens pour séduire la clientèle chinoise.

Les touristes chinois : les plus convoites au monde

Les touristes chinois sont aujourd’hui les plus chouchoutés au monde. Pour les inciter à revenir chaque année, agences de voyages et centre d’hébergement sont au petit soin des chinois qui ces deniers temps ont tendance à opter pour les voyages de luxe. Ce qui est intéressant avec les touristes chinois, c’est que ces derniers préfèrent voyager en groupe, ce qui génère encore plus de profit ces entreprises œuvrant dans le tourisme. Plus impressionnant encore le nombre de chinois qui parcourent le monde chaque année ; ils étaient à peine 10 millions en 2000, mais actuellement, ce chiffre s’est multiplié par 10, en somme, les touristes chinois qui parcourent le monde vont bientôt dépasser la barre des 100 millions.
Pour inciter les chinois à venir en Europe, l’obtention des visas pour franchir les frontières européennes a été facilitée dans le but de ne pas perdre la moindre miette de ce business très lucratif. L’arrivée en masse des touristes chinois en Europe intéresse font également le bonheur des pickpockets. En effet, les chinois sont aujourd’hui les principales cibles des agressions et des vols. Ce n’est pas par hasard si on surnomme ces derniers « portefeuille ambulant », car ils ont tendance à emmener de l’argent liquide en permanence avec eux lorsqu’ils sont en déplacement.
Les agressions à l’égard des ressortissants chinois en voyage à l’étranger ne sont pas vues d’un très bon œil par les autorités chinoises. Si cette agression continue, certaines destinations vont être rayées de la liste. Afin de solutionner à ce problème, quelques stratégies ont été mises en place par les autorités chinoises et européennes dans le but de protéger les touristes des éventuelles agressions à leur encontre. Des policiers chinois s’expatrient même en Europe pour renforcer le nombre des agents de sécurité sur les sites touristiques les plus fréquentés.
Voir aussi :



Buzz Marketing
le blog Marketing et tendance buzz

7/09/2014

Faut-il quitter la france?

Faut-il quitter la france?

un reportage saignant 



Buzz Marketing
le blog Marketing et tendance buzz

7/08/2014

Les marques de luxe : à la conquête de la Chine

Les marques de luxe : à la conquête de la Chine 


Le pari est gagné pour les marques de luxe, ces dernières ont réussi à conquérir les consommateurs chinois. Qui aurait cru qu’un jour les chinois dépenseraient une petite fortune pour des vêtements et des accessoires de mode, mais aujourd’hui, c’est ce qui est en train de se passer dans le pays. Si les marques ont réussi à séduire les chinois ce défi, la principale raison de cette réussite est surtout liée à la forte croissance économique du pays depuis quelques années.

Le monde est en pleine crise, mais la Chine s’enrichit. Si le secteur de la mode a tout de suite conquis les chinois, c’est parce que ces derniers sont plutôt avides des marques étrangères. Les revenus moyens des chinois ont rencontré une forte croissance, aujourd’hui, ils sont donc en mesure de se payer des vêtements et accessoires de luxe.

Le « Made in China »

Le « Made in China » ne fait plus le poids contre les marques de luxe Bien que le « Made in China » ne coute pratiquement rien à côté des produits de luxe, il ne fait toutefois pas le poids en Chine face à ce dernier. En effet, les chinois ne sont pas intéressés par les produits locaux, ils préfèrent les exporter vers le tiers monde. Même si le « Made in China » s’est nettement amélioré depuis quelques années, cela ne suffit pas pour convaincre la clientèle chinoise.

Depuis quelques années, les boutiques proposant des produits fabriqués en Chine ont nettement disparu des quartiers commerciaux de Shanghai. Ces dernières ont fait place aux marques connues mondialement. Ce changement de comportement des chinois, les marques l’ont bien comprise et elles comptent exploiter rafler tout l’ensemble du marché chinois sans laisser aucune miette aux jeunes marques chinoises qui ont vu les jours récemment.

La Chine aime le Luxe

La Chine certes et l’atelier du monde dans le domaine du textile, mais leur savoir-faire se limite à produire des quelques choses de standards destinées au grand public ; contrairement aux grandes marques qui possèdent une chaine industrielle très complète très sophistiquée comparée à celle de la Chine.



La Chine : une superpuissance ?


D’ici quelques années, la Chine sera en mesure de faire face aux États-Unis dans presque tous les secteurs. Aujourd’hui, la Chine est numéro un dans l’industrie textile mondiale. Aucune nation au monde ne peut se passer de la Chine pour la fourniture de matières premières et de vêtements. Aujourd’hui, la Chine est un simple consommateur dans le monde du luxe, mais après quelques années tout peut basculer surtout avec la montée en gamme des produits « Made in China ». En effet, les chinois commencent à proposer quelques choses de qualités sans pour autant affecter les prix, d’ailleurs certaines marques connues mondialement font fabriquer leur produit en Chine.
Les chinois s’améliorent dans tous les secteurs de l’industrie. Ils sont en mesure de basculer l’économie mondiale si ça leur chante. Ce pays possède tous les atouts pour devenir une superpuissance : ressources humaines, infrastructures, matières premières, technologies de pointe, etc.


  1. fashionchinaagency.com/
  2. jingdaily.com/


Buzz Marketing
le blog Marketing et tendance buzz

7/02/2014

Mexique : Chaos ou Eldorado ?

Mexique : Chaos ou Eldorado ?


Buzz Marketing
le blog Marketing et tendance buzz

6/30/2014

Thaïlande La Vraie Vie Des Filles de Joie

Thaïlande La Vraie Vie Des Filles de Joie




B uzz Marketing
Ce reportage est mauvais, plus que mauvais. C'est un roman à l'au de rose. Les paysages que vous voyez en Nissam n'existent pas. Ils viennent du Cambodqe qui lui a, plus de 40 ans de retard. Complètement bidon sur la Thaïlande. J'y habite et je pense que je connais un tout petit peu.

le blog Marketing et tendance buzz

6/29/2014

En Europe de l'Est la main d'oeuvre est moins cher qu'en Chine

En Europe de l'Est la main d'oeuvre est moins cher qu'en Chine 


Une enquête menée par le syndicat du textile dans dix Etats de l'Est membres de l'UE, dont la Roumanie, la Bulgarie et la Croatie, a montré que les conditions de travail sont parfois pires que dans la Chine et l'Indonésie, éclater les mythes au sujet de la «Made in Europe» étiquette.
Des sociétés telles que H & M, Zara, Hugo Boss, Adidas et Benetton paient leurs travailleurs en Europe de l'Est et la Turquie le salaire minimum légal, qui est sous le seuil de pauvreté tel que défini par le Comité européen des droits sociaux.
Moldovie et l'Ukraine ont le plus bas salaire minimum net, atteignant € 71 et € 80 par mois respectivement. La Croatie a le 'plus haut' de la région étudiée avec € 308 par mois, ce qui est encore "bien en dessous d'un salaire de subsistance», l'étude a montré.

En Chine, le salaire minimum est de 175 € et 196 € en Malaisie.
«Par profession, je suis économiste. Mais en raison du manque de possibilités d'emploi que j'ai à coudre. Là, les gens travaillent comme des robots. Pas de repos. Les nerfs sont ruinés, les yeux sont gâtés ", témoigne un travailleur bulgare anonyme sur le site Web de la campagne.
Travailleurs interrogés se sont également plaints de ne pas être en mesure de prendre des jours de congé, ou même obtenir un congé de maladie. Travailleurs roumains admis que, malgré le salaire minimum le plus bas étant si faible, ils n'étaient pas encore en mesure de gagner cette somme, et ont été obligés de faire des heures supplémentaires, écrivent les chercheurs.
Ces travailleurs sont souvent obligés de travailler jusqu'à 200 heures par mois, l'enquête a révélé. Un travailleur bulgare a même dit avoir travaillé "jusqu'à 400 heures par mois".
"Dans la pratique, le salaire minimum légal est souvent le plafond au lieu de la ligne de fond pour les salaires", selon la Clean Clothes Campaign. Trois millions de travailleurs du vêtement La Clean Clothes Campaign, composé de syndicats et d'ONG dans 16 pays européens, a constaté que formelle et informelle, de trois millions de travailleurs sont concernés par ces conditions de travail dramatiques. Compte tenu de la moyenne de trois personnes par famille dans la région, ce qui signifie que neuf millions de personnes dépendent de l'industrie du vêtement et de la chaussure.
«Salaire de la pauvreté dans ce secteur n'ont donc un impact direct sur ​​les moyens de subsistance de ces 9 millions de personnes et limitent leurs chances de vaincre la pauvreté et l'exclusion liée à la pauvreté», les points saillants du rapport.

Clause de non-grossesse chez Hugo Boss

Pour les femmes, les conditions de travail deviennent encore pire, l'étude a montré. En plus d'être souvent harcelées sexuellement par leurs employeurs, un groupe de travailleurs turcs admis avoir «signé une clause de pas tomber enceinte au cours des cinq prochaines années» dans leur contrat avec Hugo Boss. "L'un des travailleurs interrogés ont déclaré qu'un de ses collègues a décidé de se faire avorter parce qu'elle craignait de perdre son emploi en raison de la« violation »de ce contrat», indique l'étude.
Dans beaucoup de ces pays, les femmes sont les seuls soutiens de famille, d'avoir à prendre soin de leurs parents et de leurs enfants en même temps. Beaucoup sont aussi des mères célibataires, et ayant un contrat - un contrat - c'est leur seule chance de se faire payer l'assurance maladie, comme c'est le cas en Macédoine.
«Témoignages de femmes montrent la compression triple, le triple fardeau qu'ils ressentent: ayant la responsabilité de la famille en faisant un travail rémunéré, les soins-travail et la culture de légumes à subventionner leurs salaires de misère," la Clean Clothes Campaign écrit.

Les conditions des femmes

La forte dépendance des femmes sur leur emploi est une occasion supplémentaire pour ces employeurs de faire pression sur les travailleurs féminins pour accepter les conditions de travail pires, concluent-ils.
Une enquête sur les quatre sites de production Hugo Boss en Croatie et en Turquie a également montré que les travailleurs se sont vu refuser le droit à la négociation collective, les travailleurs ont été intimidés, et les femmes ont été victimes de harcèlement sexuel.
Dans une réponse par courriel à EurActiv, la société a déclaré qu'elle "rejette l'allégation visée et une preuve n'a jamais été démontré pour nous. Hugo Boss travaille avec les fabricants sélectionnés, avec laquelle la société a établi des relations de confiance depuis de nombreuses années. Pour cette raison, les entreprises sont bien connus de nous. conformité avec nos normes sociales et de sécurité est contrôlé régulièrement des audits indépendants par des consultants externes ainsi que par nos propres équipes Hugo Boss ".
Dans la plupart de ces pays, les lois ont été mises en place pour rendre plus difficile pour les syndicats d'être acceptés alors que les médias propagent des sentiments anti-syndicales et les employeurs ont exercé une pression antisyndicale "toujours justifié par la situation difficile dans le secteur et la concurrence internationale" .
«Les syndicats sont dits ruiner les entreprises [...] et le gouvernement interfère pro gestion», les chercheurs ont constaté.
L'étude a également montré généralisées "pratiques de vol de salaire" dans la région, tels que le vol de jours de congé, les paiements en espèces, non-paiement des cotisations sociales, la mauvaise utilisation des périodes de probation et d'apprentissage, déduction arbitraire pour des raisons diverses. Il y avait aussi payer la discrimination et les minorités, les réfugiés et les migrants.
recommandations
La Clean Clothes Campaign appelle les gouvernements et les institutions européennes "pour faire passer immédiatement le salaire minimum à au moins 60% du salaire moyen national et obliger les entreprises multinationales responsables de leurs actions le long des chaînes d'approvisionnement et de s'assurer que les marques respectent l'homme et les droits des travailleurs "

POSITIONS: 
Hugo Boss Germany rejected the study's accusations in an emailed response to EurActiv:
“We clearly reject the allegation mentioned and a proof has never been shown to us. Hugo Boss is working with selected manufacturers, with whom the company has established trustful relationships for many years. For this reason, the companies are well-known to us. Compliance with our safety and social standards is monitored regularly in independent audits by external consultants as well as by our own Hugo Boss teams.
Our Hugo Boss social standards are based on the conventions of the International Labor Organisation (ILO) and the United Nations' Universal Declaration of Human Rights and they entail numerous measures to ensure minimum wages and regulated working hours, health and safety at the workplace and the prohibition of child labor.
There can be no talk of illegal practices towards our workers and there can also be no talk of paying poverty wages, as we take strict care of our partners complying with at least the legal minimum wage, as is usual for the industry and the entire sector.”
Euratex, the European Confederation representing the interests at the level of the EU institutions of the European textile and clothing industries, sent the following statement to EurActiv:
“Regarding the coverage of the CCC survey, it appears that only the Apparel Industry is pointed, and not the Textile Industry. Regarding the brands mentioned, some of them are mainly retailers (as H&M). I would like to stress that regarding the main countries pointed by the Report of CCC only 4 are members of the EU (Slovakia, Romania, Bulgaria and Croatia). Ukraine, Moldova, Georgia, Macedonia, Bosnia and Herzegovina and Turkey are not members of the EU and thus are not governed by the EU rules/principles nor represented by the EU Social partners in the EU Social dialogue.
Since the methodological introduction of this survey mentions that "The research comprised desk research on the socio-economic situation of the garment sector and the national labour law as well as field research, namely off-site interviews with workers", Euratex asked its members to check with their national companies if the results of this survey fit with their statements of the situation and reports and to find ways to solve these important concerns linked to these wages. From its part, Industriall Europe also contacted its members to investigate further on this issue. One has to say that the EU Social partners (SP) are doing their utmost to promote and maintain a complete textile and clothing pipeline in EU in the most favourable working and social conditions.
However, due to the respect of the autonomy of the Textile and Clothing national social partners in EU, the SP decided to leave the competence of negotiating collecting bargaining and deciding on working conditions at national/regional/local levels. Indeed, for the companies of our sector, which are mainly SME’s, the strategic level for social issues remains the national, or even  the regional/local level. The member associations of Euratex thus continue to play their full role at their national level so far as collective bargaining and social information are concerned. Within this framework, presided over by the principle of subsidiarity (thus, in this case, the predominance of the national level over the European level), dovetailing the European sectoral social dialogue with national social relations is not always easy.
Despite this limitations in its competences, Euratex is attempting to play an even constructive and proactive role in the work of the European sectoral Social Dialogue by being attentive to the concerns of its EU trade-union partner and to the issues tackled by the European Commission in the field of employment, social affairs and education and training.
On the other hand, there is a growing public sensitivity to the need for more human treatment of company employees in countries of the world. For its part, and within the EU, the industry can point the increasing concerns/initiatives of companies (collective agreements, or individual initiatives) to make life more comfortable within a company sphere .
At EU level, Euratex can claim a good track record with its trade union counterparts in the social dialogue, in the code of conduct, and in a number of projects organised jointly (public procurement, economic and social fora, and statements at ILO or other events. More recently, joint projects have been organised to enhance the role of the social partners in the new member-states and in candidate countries, and have also made recommendations where restructuring is concerned.”


Buzz Marketing
le blog Marketing et tendance buzz