10/17/2021

Linkedin bloqué en Chine?

Linkedin était le seul réseau social occidental à survivre en Chine, et il va être bloqué 




Il y a quelque chose d'inévitable dans la décision de LinkedIn de « éteindre » son site mondial en Chine. En tant que dernier des grands sites de médias sociaux occidentaux à y opérer, une tension existerait toujours pour une entreprise de technologie américaine qui défendait la liberté d'expression et pourtant censurait le contenu des journalistes et des militants critiques du Parti communiste chinois. 





Malgré cette inévitabilité – et la lamentable gueule d'entreprise et les messages mitigés utilisés par LinkedIn pour la décrire – le départ du site de réseautage professionnel du marché chinois, dans sa forme actuelle du moins, est un moment important.





LinkedIn n'est pas le seul à essayer de gérer cette tension, alors que les relations entre les États-Unis et la Chine vacillent et que le PCC devient plus autoritaire. Apple supprime les applications iPhone en Chine qui pourraient nuire à la fête, bloquant la semaine dernière une application populaire du Coran. HSBC a été pris entre le ministère américain de la Justice et l'État chinois à propos de Huawei. Pour certains, des compromis pour continuer à opérer en Chine seront financièrement nécessaires ; pour LinkedIn, ils sont devenus insoutenables.

Ces compromis ont porté sur les règles de censure de la Chine, que LinkedIn a accepté de respecter lors de son entrée sur le marché en 2014, malgré l'engagement de l'entreprise en faveur de la liberté d'expression. À première vue, une telle flexibilité éthique en valait la peine : le site a accumulé 54 millions d'utilisateurs en Chine, ce qui en fait le troisième marché mondial de LinkedIn. Son succès relatif en Chine – Twitter et Facebook ont ​​longtemps été bloqués, et Google s'est retiré de Chine en 2010 – a peut-être été la raison pour laquelle Microsoft a estimé que 26 milliards de dollars valaient la peine de payer pour LinkedIn en 2016.

Les grands experts de la Chine sont d'accord pour dire que linkedin ne gagnaient pas d'argent en Chine mais que la base était solide. 




Mais la censure est devenue plus lourde, car le PCC exerce un contrôle sur les entreprises technologiques et le contenu nationaux, éliminant tout signe de dissidence. LinkedIn a enfreint les règles plus tôt cette année et a dû intensifier son blocage de contenu, y compris celui des journalistes américains. Cela a suscité à juste titre l'opprobre des politiciens américains, un sénateur républicain l'ayant qualifié d'« apaisement grossier et d'acte de soumission à la Chine communiste ». De telles critiques ne feraient que se multiplier si LinkedIn avait décidé de rester.

Le retrait de LinkedIn en Chine


Sa maison mère s'engage sur un chemin tout aussi périlleux. Microsoft ne s'est pas fait d'amis à Pékin lorsqu'il a proposé d'acheter les opérations américaines de TikTok, une application de courte vidéo appartenant à des Chinois que l'administration Trump menaçait. Le récent partenariat de Microsoft avec un fournisseur d'iPhone taïwanais pour s'implanter dans les réseaux 5G privés et défier directement Huawei ne sera pas non plus bien accueilli par Pékin.



Le retrait de LinkedIn en Chine n'est que partiel ; il continuera d'exploiter un site d'emplois dépouillés. Ce marché est déjà bien couvert par des concurrents locaux comme Maimai ou Zhaopin. Mais l'offre réduite de LinkedIn prive les entreprises occidentales d'une voie utile pour recruter des cadres chinois. L'impact sur les revenus de LinkedIn, qu'il génère grâce à la vente de publicités et d'abonnements premium, est moins clair car il ne révèle pas de répartitions régionales. Cependant, le marché chinois ne représente que 2% du chiffre d'affaires global de Microsoft.

La Chine, quant à elle, perd peu. Ses espions peuvent continuer à utiliser LinkedIn, tout comme les médias sociaux sont plus largement militarisés par des régimes cherchant à diffuser de la désinformation. Le retrait de LinkedIn reflète une position de plus en plus isolationniste de la Chine, aggravée par le fait que les restrictions de l'ère pandémique continuent de rendre les voyages plus difficiles. Les signes d'un essoufflement économique ne feront qu'accroître le désir de l'État de tirer les leviers du contrôle. Le choix pour les entreprises occidentales entre la promotion des droits de l'homme et les profits en Chine deviendra d'autant plus brutal


Buzz Marketing
le blog Marketing et tendance buzz

Travailler comme Elon Musk pendant une semaine

Travailler comme Elon Musk pendant une semaine




Buzz Marketing
le blog Marketing et tendance buzz