4/13/2015

Pourquoi les marques doivent miser sur des campagnes digitales en Chine

 La Chine est devenue une opportunité pour les grandes marques étrangères. Avec plus de 1,3 milliard de consommateurs potentiels, ce pays est très vite devenu le centre d’intérêt du monde. Si la Chine intéresse autant les marques, c’est notamment lié à la croissance économique spectaculaire de ce pays. En effet, quand le monde connaissait une crise, la Chine s’en sortait toujours indemne et voyait son économie prospérer. Les chinois sont donc plus riches et peuvent aujourd’hui se permettre de vivre dans le luxe, et c’est ce qui attire particulièrement l’attention des marques.
sur conseilsmarketing
Les Chinois sont très connectés puisqu’ils étaient 591 millions d’internautes en juillet 2013, tandis que nous sommes moins de 45 millions en France.


Comment percer le marché chinois via le Digital?

Percer le marché chinois n’est pas facile étant donné l’étendue géographique de ce pays et de la concurrence. La seule issue possible serait de se lancer dans le e-commerce d’autant plus que les chinois sont aujourd’hui accros à internet et aux technologies informatiques. En effet, dans ce pays les transactions en ligne sont devenues très à la mode, ainsi, la plupart des ventes s’effectuent via internet. Si les chinois ont adopté ce nouveau système de vente, c’est parce que la plupart des articles très recherchés ne sont disponibles que sur le web et ce sont pour la plupart des articles très à la mode en Europe ou aux États-Unis. checher cette vidéo

New demands and online consumption in China have created an operations crisis for International Digital agencies, and opportunities for localsonce upon a time a Digital Agency in China, born in Shanghai, a fusion of French and Chinese knowledge to deliver professionel services to Brands, companies who want to enter into the Chinese Market. 

Le ecommerce en Chine... et les marques 

Le secteur du e-commerce chinois cache toutefois une autre facette qui repousse souvent les petites marques étrangères à s’attaquer au marché chinois. En effet, en Chine le fonctionnement du web est très différent de celui que connait le reste du monde. Si un internaute européen à l’habitude de passer par Google pour effectuer des recherches sur la toile, en Chine ce n’est pas le cas. Les chinois ont leur propre moteur de recherche qui fonctionne avec leurs propres algorithmes très différents de celui de Google. Un site bien positionné sur Google peut-être invisible sur le géant des moteurs de recherche chinois Baidu et vice versa source.
Given the growth prospects for the retail sector in China, it is not surprising that foreign retailers looking to capture a share of this so dynamic digital market. But to get a place in China is extremely difficult and requires to tread cautiously.

Les réseaux sociaux chinois

Les réseaux sociaux tiennent également grande place dans le fonctionnement du web chinois. Même si la plupart de ces réseaux ne sont pas référencés par Baidu, la grande majorité des internautes chinois y passent quand même plus de temps sur ces derniers. Les plus populaires sont sans doute Wechat, Meilishuo, Qyer, etc. Si les internautes chinois accordent un intérêt particulier à ces réseaux, c’est parce qu’à travers ces derniers, ils peuvent voir des avis, des conseils voire même des recommandations sur différents produits disponibles sur le web.

Les marques Britanniques... brillantes dans le Digital 

Lorsque détaillant de mode britannique Topshop a fait ses débuts en Chine, invités à l'événement de lancement de Beijing ont essayé des tenues et ont posé pour selfies avec bus rouges de Londres ou cabines téléphoniques en toile de fond. Mais le lieu ne était pas un magasin, et il n'y avait pas de comptoirs de caisse. Pour commander, les gens numérisés codes QR avec leurs smartphones, transformant un événement hors ligne dans le commerce mobile. Topshop, un incontournable dans les rues britanniques élevés, lancé sur le continent à la fin Septembre par e-commerce seul, via le ShangPin.com plate-forme de vente en ligne.
Puis vint l'annonce de Costco qu'il a ses débuts en Chine sans aucune de ses signatures magasins à grande surface, par l'intermédiaire tmall le marché d'Alibaba, juste à temps pour annuelle le 11 novembre la vente du géant e-commerce qui est plus grand que le Black Friday. Il est courant pour les petites marques de niche pour lancer uniquement en ligne en Chine pour atteindre de plus en plus la classe moyenne du pays sans risque massif. Mais e-commerce en Chine a été tellement énorme que même les grandes marques doivent examiner si faire entrée sur le marché avec de véritables magasins de brique-et-mortier est intéressant. Xiaomi, sans doute le plus chaud marque locale, développé dans le top fabricant de smartphone de la Chine en vendant ses produits en ligne. Ses magasins hors ligne sont venus plus tard.

Sur les plates-formes e-commerce de la Chine, les gens dans ne importe quel coin de la Chine peuvent acheter tout de dentifrice pour le dernier modèle Tesla. Et les gens achètent.

Une croissance explosive pour le Digital 

En 2009, le commerce électronique a représenté 3% du commerce de détail totale en Chine, et en 2014 il est prévu de frapper 15,4%, à 409 milliards de dollars, selon le cabinet de recherche Mintel. La taille du secteur e-commerce chinois a dépassé celle des États-Unis l'an dernier, a déclaré Mintel. Dans l'e-commerce, "La Chine est un laboratoire mondial pour des expériences, et ça saute-mouton beaucoup d'autres pays", a déclaré Huang Can, Mintel analyste de recherche principal.
Si les marques comme, par exemple, Zara et Gap, (qui sont bien établi en Chine) ont été lançons aujourd'hui, compte tenu de la maturité du marché de l'e-commerce, ils pourraient envisager la même stratégie que Topshop et Costco, dit-il. Lancement sur Shangpin, un détaillant à plein prix pour les produits de la saison en cours, Topshop peut atteindre les acheteurs à travers la Chine et avoir une idée de ce que les consommateurs recherchent, dit M. Claire Chung, vice-président pour le développement international des affaires pour Shangpin.

25% of Cosmetics sales in China are online




Ce est quelque chose que vous pouvez apprendre très rapidement en ligne, et que vous pouvez apprendre de avant même décider d'ouvrir un magasin ", dit-elle. (Une tendance mondiale de la mode que les femmes chinoises ne ont pas adopté, par exemple, est en tête des cultures midriff nu- , elle a dit.) Entrer sur le marché uniquement en ligne ne est pas sans risque. Neiman Marcus a vendu sa participation dans un site de e-tailing locale après acheteurs en Chine snobé l'offre en ligne du grand magasin. Fakes et marques d'imitation sont fréquents en ligne en Chine et peuvent attirer les clients qui recherchent des produits bon marché. Et sur Internet, aussi, les marques et les détaillants doivent encore faire une grande campagne de marketing. Topshop est actuellement sur les bus de Shanghai, avec des annonces de Cara Delevingne.

Topshop à Pékin

Environ 5.000 personnes ont assisté au lancement de Topshop à Pékin, où les clients ont été nécessaires pour enregistrer par téléphone mobile. L'événement a réuni et blogué sur par les stars dont l'actrice et chanteuse Wang Luodan, qui dispose de 34 millions d'adeptes sur Weibo, la version chinoise de Twitter

En 48 heures, 250 000 personnes vérifié présence mobile de la boutique, Mme Chung a dit. Environ la moitié de l'activité de Shangpin est sur les appareils mobiles, où les consommateurs se tournent vers. Pour Alibaba, ce nombre est d'environ un tiers. Costco, quant à lui, puise dans le désir des consommateurs chinois croissante de produits alimentaires et de soins importés. Il n'y a aucune obligation d'adhésion pour son magasin virtuel, contrairement aux États-Unis Sur la boutique de Costco sur Tmall, les clients mettent en dépôts pour les produits en promotion à venir du massif du 11 novembre la vente de mardi, connu sous le nom Double Eleven. Parmi tous les shampooings et les vitamines et les noix, l'élément le plus chaud, les canneberges curieusement, est Craisins séchées de Ocean Spray.

Risques de la Chine

Saisie en ligne, bien sûr, apporte moins de risques que de brique-et-mortier. Les loyers montent en flèche en Chine, et la concurrence est difficile pour de bons emplacements. Cautionary Tales abondent. Magasins à grande surface semblent avoir fait particulièrement mal. Best Buy a fermé ses neuf magasins de marque en Chine en 2011, en partie parce qu'il ne offrait pas des prix suffisamment bas pour les consommateurs sensibles aux prix de la Chine. Dans une catégorie complètement différente, Mattel a lancé une de six étages Barbie mégastore à Shanghai, mais l'éteindre deux ans plus tard, en 2011, après des ventes médiocres. Brian Leong, directeur général de Lowe Profero à Shanghai, a rappelé un client (qui restera sans nom) qui est venu avec de grandes ambitions de vente au détail. «Ils ont commencé avec de la brique et de mortier et nous ont dit qu'ils allaient investir dans 30 magasins en un an, alors que nous disions, 'non, passez à l'e-commerce," at-il rappelé. Le détaillant n'a finalement certains e-commerce, mais "il était alors trop tard. Ils ont dû plier bagages et rentrer."



 Buzz Marketing
le blog Marketing et tendance buzz

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Le début est pas mal... la fin moouins. Mais bon... bon article quand même mon cher Max